AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MSB-SIG (Saison 2018-2019)

Aller en bas 
AuteurMessage
The Dunk
Journaliste du Forum
avatar


MessageSujet: MSB-SIG (Saison 2018-2019)   Dim 4 Nov 2018 - 19:06

MSB-SIG :
AMÈRES RETROUVAILLES…

_____


Sévèrement corrigés à Nanterre, la semaine dernière, les Manceaux avaient bien réagi, quelques jours plus tard, en prenant le meilleur, à domicile, sur Ventspils. Hélas, alors que se présente une série de rencontres difficiles la blessure d’Antoine est venue fragiliser l’équilibre délicat de l’équipe. Malgré l’annonce de l’arrivée prochaine de Jonathan Tabu, entre l’absence de son capitaine pour environ un mois et les étranges rumeurs — propagées, à tort ou à raison — concernant un possible départ de Demetrius (mais pourquoi le recrutement d’un combo 1/2 remettrait-il en cause le temps de jeu d’un poste 3 ?), ce n’était pas d’un cœur léger que le MSB accueillait Strasbourg, ce samedi, à Antarès, d’autant qu’un certain Youssoupha Fall officie désormais — après la polémique qui a opposé les deux clubs — dans les rangs alsaciens. En tous cas, lors de la présentation des deux équipes, l’annonce de son nom suscitait un mélange assez contrasté d’applaudissements nostalgiques et de sifflets hostiles du public…

                           

Si Fall, du haut de ses 2,21 mètres, était, comme on pouvait s’y attendre, le premier à toucher le ballon lors de l’entre-deux, Valentin, bien placé récupérait le ballon sous les vivats. Dans la foulée, Cam trouvait Richard dans le dos des Strasbourgeois : 2-0. Collins en échec, Richard, négligé par la défense derrière l’arc, plantait un triple impeccable: 5-0. Si Green voyait rouge, Fall était là pour rattraper l’affaire : 5-2. Valentin ayant perdu la balle, Green manquait encore sa cible, mais Pietrus tirait les marrons du feu et entrait ses deux jets : 5-4. Michael plaçait une accélération fulgurante et marquait avec la planche : 7-4. Richard se payait le luxe de contrer Fall, pour le plus grand plaisir des supporters manceaux, mais le géant récupérait la possession et faisait taire ses détracteurs : 7-6. Les défenses montaient en régime, de sorte que Valentin, Serron, puis Richard, sur une tentative lointaine, ne trouvaient pas la mire. Demetrius remplaçait Terry. Les Sarthois stoppaient la remontée du ballon et Michael plaçait un lay-up : 9-6. Suite à un bon jaillissement, Valentin combinait en une-deux avec Richard et marquait sous les bravos : 11-6. Green braconnait deux lancers, à 2/2 : 11-8. Valentin, puis Collins à la peine, Richard passait un bras roulé, très applaudi, par-dessus la tête de Fall : 13-8. Terry et Will relayaient Valentin et Richard. Les Tangos poussaient ensuite leurs adversaires au bout des 24 secondes, mais Cameron, marqué à la culotte, ratait son tir. Traoré entrait alors dans la danse : 13-10. Michael en échec, Traoré sonnait la charge : 13-12. Servi par Michael, Will ripostait : 15-12. Traoré rendait coup pour coup : 15-14. Tour à tour, chacune des deux équipes perdait la balle. Demetrius cédait sa place à Petr qui obtenait, à peine entré, trois jets, à 2/3 : 17-14. Traoré poursuivait son show : 17-16. Si Valentin ne trouvait pas le bon réglage, la SIG cafouillait. Cam suppléait Will et Louis Michael. Valentin insistait avec plus de réussite, cette fois : 19-16. Le cercle repoussait une tentative de Beyhurst. Sous le panneau, Petr ne pouvait se saisir d’une passe trop appuyée. Nzeulie ratait sa cible.
Si Richard avait allumé la flamme en début de match, Traoré s’était chargé de l’éteindre dans les dernières minutes. Privés d’Antoine, les Manceaux jouaient les yeux dans les yeux avec leurs adversaires.


Richard, à la lutte…

D’emblée, Serron expédiait un missile pour égaliser à 19 partout. Les défenses restaient pugnaces, au détriment de Petr, de Serron, puis de Michael. Terry et Petr permutaient avec Demetrius et Richard. Même à 1/2, Nzeulie donnait, pour la première fois, l’avantage aux visiteurs : 19-20. Valentin l’imitait, à 50% lui aussi : 20 partout. Serron se faufilait dans la peinture : 20-22. Valentin restait court. Will remplaçait Petr. Alors que Michael filait au cercle, les arbitres refusaient de siffler l’antisportive que tous réclamaient. Valentin se faisait méchamment bâcher et Will laissait échapper le rebond. Serron était intenable : 20-24. Richard en difficulté, Serron continuait son festival : 20-26. Coach Bart stoppait la rencontre. Richard, Nzeulie, puis Michael se heurtaient à des murs, mais Nzeulie passait un trois-points qui faisait mal : 20-29. Demetrius en échec, Fall loupait deux lancers sous les huées. La balle passait d’une équipe à l’autre, au gré des interceptions. Valentin et Will confondaient vitesse et précipitation. Au contraire, Beyhurst, un peu négligé, plantait un triple opportuniste : 20-32. Will rencontrait le plafond et Piétrus, en grande discussion avec Terry, s’attirait les faveurs du public pour l’ensemble de son œuvre. Will signait un piteux 0/2… Rien n’allait plus ! Seule tenait la défense qui conduisait la SIG au bout des 24 secondes. Petr, à 1/2, rompait l’enchantement : 21-32. Collet rappelait ses troupes. Si Green était en délicatesse avec son tir, Traoré veillait : 21-34. Will émergeait enfin de la mêlée, puis s’interposait devant Traoré : 23-34. La réussite fuyait Valentin. Will contrait Green. Beyhurst se montrait trop gourmand, mais, sur le rebond, Collins dominait Valentin : 23-36. Coach Éric arrêtait le massacre. Valentin allait chercher deux lancers : 25-36. Collet stoppait tout. Louis suppléait Michael. Malgré un ultime effort de Serron, la marque en restait là…
Étouffés par le jeu physique des Strasbourgeois, les Tangos, avaient totalement perdu leur basket. Dominés au rebond (13 vs 25), dépassés par la vitesse de Serron, ils avaient encaissé un terrible 6-20 dans le second quart temps. il semblait difficile d’imaginer qu’ils allaient s’en remettre…


Sale soirée pour Michael…

Une interception de Valentin au profit de Richard ravivait un peu l’espoir : 27-36. Cependant Collins (+ 2), puis Green, après avoir coupé une ligne de passe, à trois points, assommaient les Tangos : 27-41 ! Richard, puis Collins en échec, Richard écopait d’une antisportive plutôt douteuse à en juger par les protestations massives du public. Green mettait à profit le désarroi général en plantant un second triple à la suite : 27-44. Valentin butait encore sur la défense, tandis que Fall se promenait dans la raquette : 27-46. Cameron, alors, sonnait la révolte : 30-46. Demetrius et Will remplaçaient Terry et Richard. Contre son habitude, Collins gaspillait deux lancers. Cam en échec, Michael se précipitait à la rescousse : 32-46. À 1/2 sur la ligne, Fall rappelait quelques souvenirs aux supporters sarthois : 32-47. Cameron restait dans son match : 34-47. Après un panier de Fall (+ 2), Cam obtenait deux jets, vote transformés : 36-49. La SIG égarait le cuir et Cam grattait encore deux points : 38-49. Suite à une interception de Valentin, Demetrius était stoppé irrégulièrement, avant de se contenter d’un modeste 1/2 : 39-49. Mécontent, Collet rameutait ses hommes. Remontés, les Manceaux accompagnaient leurs adversaires au bout des 24 secondes, mais Valentin manquait encore de réussite et le cuir glissait entre les mains de Will. Terry relayait Valentin, tandis que Demetrius, qui avait reçu un coup de coude, recouvrait ses esprits. De retour, Traoré reprenait son chantier : 39-51. Cameron donnait des signes de fatigue et Michael laissait lui aussi un lancer en route : 40-51. De nouveau, Serron attirait la lumière : 40-53. Cam, à la peine, bénéficiait d’une seconde chance, Serron se dribblant dans les pieds : 42-53. Après une faute offensive de l’international belge, Michael servait Petr, qui venait de permuter avec Will : 44-53. Pour la première dois depuis longtemps, l’avance des Alsaciens passait sous la barre des 10 points. Nzeulie ne baissait pas les bras pour autant : 44-55. Demetrius se contentant une fois de plus d’un petit 1/2 sur la ligne, Traoré, en deux temps, donnait un dernier coup de boutoir : 45-57. Juste avant la sirène, Petr ratait une ultime tentative.
D’abord submergés par une bordée de tirs primés, les Tangos avaient redressé la barre, mais laissaient encore le quart temps aux SIGmen. Leur maladresse chronique sur la ligne risquaient de peser lourd sur la fin…


Le mystère autour de Demetrius reste entier…

Sitôt le match repris, Petr donnait l’exemple : 47-57. Hélas, Michael, qui protestait contre la tolérance excessive des hommes en gris, écopait d’une technique. Lang exécutait froidement la sentence : 47-58. Aux lancers, lui aussi, Nzeulie se montrait impassible : 47-60. Antarès grondait. Michael en échec, Traoré portait un nouveau coup : 47-62. Coach Bart faisait stopper le chronomètre. Le Mans jouait avec Petr au pivot. Sur une passe trop molle des Manceaux, Nzeulie s’emparait du ballon et plantait un dunk : 47-64. Richard relayait Cameron. Michael lui-même ne pouvait échapper au fatal 1/2 : 48-64. Nzeulie en échec, les deux équipes perdaient successivement la possession. Valentin la rendait une fois de plus, sans que ni Beyhurst ni Nzeulie ne parviennent à scorer. Les Manceaux égaraient encore la balle, mais Fall était sanctionné pour un porter de balle. Le jeu devenait vraiment décousu et coach Éric tentait d’y remédier en prenant un temps mort supplémentaire. Richard, puis Lang en échec, Michael, derrière l’arc, ajustait enfin la mire : 51-64. Nzeulie, puis Demetrius à la peine, Richard, d’une claquette, rattrapait l’affaire : 53-64. Collins, sentant le danger, s’empressait : 53-66. Will suppléait Richard. Michael attirait la défense vers lui et servait Dem, dans le corner, pour un triple magnifique qui réveillait l’assistance : 56-66. Collins serrait les boulons : 56-68. Terry combinait avec Petr : 58-68. Fall continuait son travail de sape : 58-70. Déstabilisé sur une tentative à trois points, Petr signait un 2/3 : 60-70. En remontant la balle, Green glissait un orteil derrière la ligne. Petr se faisait déposséder, mais Terry se chargeait de la récupération et Demetrius grappillait deux jets, à 2/2, cette fois : 62-70. Traoré, à cinq fautes, laissait ses coéquipiers. Cam suppléait Petr. Collet morigénait ses joueurs. Sitôt de retour sur le parquet, Will s’emparait du ballon et galopait jusqu’au cercle : 64-70. Serron s’était refroidi. Sur le rebond, Will était violemment projeté à terre et restait groggy un moment. Depuis les travées, un supporter protestait : “Hé, Strasbourg, on veut voir du basket !” Will regagnait son banc en clopinant, tandis que Valentin enquillait ses deux jets : 66-70. La salle était debout. Il restait 1’33. Nonobstant, Fall ne faisait pas de sentiment : 66-72… Les arbitres mettaient le feu aux poudres en sifflant une faute offensive, en l’occurrence indiscutable, à Terry. Compensation ou pas, Fall avait droit au même traitement et, comme c’était sa cinquième faute, il allait rejoindre Traoré, accompagné par les cris de joie de la foule surexcitée. Michael tentait l’impossible, sans succès, mais un 0/2 de Nzeulie entretenait le suspens. Demetrius s’engouffrait dans la raquette, puis, faisait volte-face et servait Cameron pour le triple de la soirée : 69-72, à 21 secondes du terme… Collet posait un temps mort. Green se contentait d’un vilain 1/2 : 69-73. Prompt comme l’éclair, Cam dégainait à deux points : 71-73 ! Plus qu’un panier d’écart… Antarès debout poussait son équipe, mais Green, cette fois, portait l’estocade avec un 2/2. Une dernière fois, Demetrius s’élançait sans parvenir à mener à bien son slalom.


Will a lutté en vain...

Au terme d’une courageuse remontée (Q4 : 26-18), les Tangos sont revenus souffler sur la nuque des Strasbourgeois, sans doute victimes d’un excès de confiance (70 vs 79 à l’évaluation). Malgré un second round désastreux et une maladresse épouvantable aux lancers (10 points en tout), le MSB a su puiser dans ses ressources pour s’éviter un camouflet. Si Fall (13 pts/13 rbds, à 21 d’éval), MVP de la soirée avec un double-double, et Traoré (14 pts) ont dominé dans la peinture, le jeu dur de la SIG, en tous cas, n’a guère séduit (10 pds seulement, contre 17 pour les Sarthois). Sans Antoine pour desserrer l’étau, sans doute était-il difficile de faire mieux. Cameron (16/1/1 pour 14 d’éval) aura été le meilleur Manceau, ce soir, devant Petr (11/7/0/13), excellent dans le money time. Impuissant devant Traoré, Will (6/4/1/10) s’est battu jusqu’au bout, tandis que Richard (7/5/0/8 ), qui avait bien débuté, a souffert devant Fall. Souvent au service du collectif, Terry (0/4/5/8 ) manque encore de confiance pour apporter son écot en points. Assurément sous-utilisé, Demetrius (7/3/3/7) a parfois montré de belles choses. Seul ou presque à la mène, Michael (11/1/7/7) a parfois eu du mal à se libérer du marquage, tout comme Valentin (11/3/0/3), mais tous deux ont eu le mérite de batailler jusqu’au bout. Louis, qui n’a pas eu beaucoup de temps de jeu, n’a rien à se reprocher. Tabu n’étant pas encore autorisé à jouer, le périple jusqu’à Nijni-Novgorod ne devrait pas être une partie de plaisir… Allez Le Mans !

[Merci à Dominique Breugnot pour ses trop rares photos
(où donc est passé Cameron ?) !]

_________________
afro
The Dunk

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MSB-SIG (Saison 2018-2019)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SAISON 2018/2019
» SAISON 2018/2019
» FÉDÉRALE 1 Saison 2018/2019... SANS POULE ÉLITE!
» Recrutement 2018/2019
» Engins et Infos Saison 2018 -2019

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des supporters du MSB :: LES EXCLUSIVITES DU FORUM :: Les articles sur les rencontres-
Sauter vers: