AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 MSB-SIG (saison 2013-2014)

Aller en bas 
AuteurMessage
The Dunk
Journaliste du Forum
The Dunk


MSB-SIG (saison 2013-2014) Empty
MessageSujet: MSB-SIG (saison 2013-2014)   MSB-SIG (saison 2013-2014) Icon_minitimeMar 19 Nov 2013 - 23:15

MSB-STRASBOURG :
Le Lion et la Cigogne…



Pour la première fois depuis longtemps, les Manceaux, qui n’avaient pas joué depuis le mercredi de la semaine précédente, se présentaient frais et dispos pour leur match contre le vice-champion de France de la saison 2012-2013, l’équipe de Strasbourg. Tout commençait cependant par une cérémonie amicale d’hommage aux Anciens, dans le cadre de la célébration des 20 ans du club : sous les caméras de Sport +, qui retransmettait la rencontre, le président Lebouille remettait solennellement un maillot tango floqué à leur nom à Trumo Bogavac, Jérémie Leloup, Antoine Diot, Pierre Tavano et, last but not least, Vincent Collet, tous très applaudis par le public d’Antarès. La compétition allait toutefois vite reprendre le dessus : mal partie en Euroleague et irrégulière en championnat, la SIG avait besoin d’une victoire pour se relancer, mais le MSB, brutalement ramené sur terre par les Belges d’Ostende après un déplacement réussi à Nanterre, n’entendait pas se laisser faire.

MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 MSB-SIG (saison 2013-2014) 26384 

Ce n’était pas une surprise de taille : sur l’entre-deux, Ajinça l’emportait sur JP. C’était encore lui qui ouvrait le score sur un petit tir bien ajusté : 0-2. DaShaun ayant manqué sa première tentative, Kévin s’imposait au rebond, mais une mésentente entre le capitaine et le meneur manceaux amenait la perte de la balle. Greer, cependant, manquait son shoot et Pape pénétrait dans la raquette pour égaliser à 2 partout. Bien campé sur ses appuis, JP résistait à la poussée d’Ajinça qui ratait le cercle, de sorte que Pape filait en contre-attaque pour donner l’avantage au Mans : 4-2. Bousculé par Kévin, Murphy se contentait d’un médiocre 50% sur la ligne, tandis que JP donnait un cours de danse à Ajinça : 6-3. Murphy et Reyshawn en échec de part et d’autre, Diot expédiait une grosse brique, sans conséquence pour la SIG, car une nouvelle combinaison entre JP et DaShaun entraînait la restitution du ballon. Ne sachant comment contourner JP, Ajinça s’emmêlait dans ses pas, si bien que Kévin offrait à DaShaun le premier triple de la rencontre : 9-3 Cabochard, Diot ripostait sur le même ton, ramenant l’écart à une possession : 9-6. Poursuivant son travail de démolition de la défense adverse, Pape ajoutait un petit lay-up : 11-6. Diot envoyait une vilaine saucisse, mais Duport, qui venait d’entrer, bâchait proprement JP, quelque peu téméraire sur ce coup-là. JD procédait à ses habituels changements, tandis que, sur les deux actions suivantes, JP et Duport et se neutralisaient mutuellement… Reyshawn, de son côté, s’occupait efficacement de Greer. DaShaun passait en revue la défense alsacienne et filait au cercle : 13-6. Deux jets de Campbell grignotaient cette modeste avance des Sarthois : 13-8. Alain, Charles et Vaughn prenaient le relais. DaShaun, en renard, dérobait le cuir et plaçait Charles sur orbite : 15-8. Leloup tentait en vain de l’imiter. Vaughn en échec, Dounia se chargeait du rebond, ce qui permettait à Charles de provoquer une faute et de signer un 2/2 sur la ligne : 17-8. Le Mans prenait ses aises, d’autant plus facilement qu’Ajinça, qui avait sans doute pris un coup, puisqu'il portait désormais une sorte de turban du meilleur effet, piétinait devant Alain. Ce dernier manquait son bras roulé et Duport, qui venait de quitter le banc, grappillait un panier : 17-10. Charles douchait alors les espoirs renaissants des visiteurs d’un bon coup de patte : 20-10 ! Campbell (+ 2), puis Lacombe à 2/2, après un échec d’Antoine, venaient soulager Vincent Collet, visiblement contrarié : 20-14. À une poignée de secondes du buzzer, Vaughn délivrait une offrande à Kévin qui ne se faisait pas prier pour monter au dunk : 22-14.
Adroits et collectifs en attaque, solidaires et concentrés en défense, les Tangos, avec Pape en fer de lance, effectuaient un très bon début de match et menaient fort logiquement.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Pape a dynamité la défense de la SIG !

Alain forçait un peu son tir, dont la trajectoire déviait. Leloup sortait du bois et marquait sans peine : 22-16. Vaughn repérait alors son copain Antoine, en embuscade, qui faisait pleuvoir la misère sur le camp strasbourgeois : 25-16 ! Duport, en net progrès depuis son départ de Cholet, entrait deux lancers : 25-18. Antoine rendait alors la monnaie de sa pièce à son camarade Vaughn qui assommait la zone mise en place par Vincent Collet : 28-18. Antarès grondait de plaisir. Avec l’aide de la planche, Duport poursuivait sur sa lancée (+ 2) et punissait ensuite Dounia qui venait de perdre la possession : 28-22. Antoine distinguait Vaughn, encore bien démarqué, pour un joli tir en cloche : 31-22. Très applaudis, les deux larrons jubilaient. Alors que Leloup tentait en vain de les imiter, nos compères remettaient le couvert ! À son tour, Vaughn venait gâter Antoine : 34-22. Tout réussissait aux partenaires de JP, tandis que Leloup gâchait inutilement son énergie ! Antoine, un peu gourmand, ne parvenait qu’à toucher le bord du cercle, mais Leloup, frustré, bousculait irrégulièrement Charles qui se faisait justice à 2/2 : 36-22. Lacombe, en tête de raquette, sonnait la révolte : 36-25. Vaughn décevait ses fans en expédiant un sous-marin. Les défenses reprenaient cependant du poil de la bête et Lacombe, puis DaShaun en faisaient les frais. Le même Lacombe commettait ensuite une faute offensive, avant que JP et Duport n’échouassent dans leurs entreprises respectives. Faute de pouvoir scorer, JP, droit dans ses sneakers, dispensait un petit cadeau à Pape : 38-25. Duport se dressait, seul contre le MSB : 38-27. DaShaun s’efforçait d’éviter ses grands abattis sans parvenir à marquer. Gêné par JP, Duport manquait lui aussi son geste, si bien que DaShaun filait en contre-attaque, avant de se faire cravater par Diot qui écopait aussitôt d’une antisportive. DaShaun laissait un lancer en route (39-27), avant de manquer sa passe vers JP. Greer n’en profitait pas pour autant, tandis que Reyshawn donnait à Pape, bien démarqué, un ballon en or : 42-37. Sans doute énervé, Diot fonçait dans le tas et se mettait dans son tort. DaShaun saluait toute la défense adverse et, narquois, déposait un petit lay-up sur la tête des défenseurs : 44-27 ! Lacombe se faufilait le long de la ligne de fond et marquait un panier acrobatique : 44-29. En échec au tir, Pape courait se racheter par un contre splendide sur Lacombe, juste avant que le panneau ne s’allume !
Grâce à un festival de tirs primés (7/12 en 20’), le MSB dominait largement les débats. La complicité de Vaughn et d’Antoine avait fait exploser la défense de zone de Strasbourg et Pape en avait remis une couche ! Restait à savoir dans quelles dispositions mentales les joueurs de Vincent Collet allaient aborder l’acte II !

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
La complicité d'Antoine et de Vaughn, auteurs d'un vrai festival !

Un step-back manqué de DaShaun, un triple réussi de Campbell et déjà Antarès frémissait : 44-32. Ni Charles, ni Ajinça ne parvenaient à mener leurs entreprises à bien. Malicieux, JP provoquait cependant la troisième faute de son adversaire du soir, aussitôt rappelé sur son banc. DaShaun ayant raté un tir, Lacombe ramenait la SIG à dix points : 44-34. Le meneur manceau se rattrapait en servant Pape, décidément plein de vif-argent : 46-34. Lacombe de près, Reyshawn de loin, laissaient le score inchangé. Suivait une série de paniers à deux points au cours de laquelle s’illustraient Greer, Reyshawn, puis Duport : 48-38. La SIG fermait toutes les portes et, à 4 secondes de la fin de possession, Charles avait la balle en touche. Sur la remise en jeu, DaShaun armait à la vitesse de l’éclair et frappait sous les vivats : 51-38. Transcendé, le chef d’orchestre du MSB enchaînait sur une interception qui lui valait deux lancers, Strasbourg étant dans la pénalité. À 2/2, l’écart revenait à 15 points : 53-38 ! Greer se montrant maladroit, il fallait l’intervention de Diot et la finition de Leloup pour remettre les visiteurs sur les rails : 53-40. Charles échouait à eux reprises, malgré son rebond offensif, tandis que Leloup en redemandait : 53-42. Charles ratait encore un bon tir, depuis le corner, si bien que Toupane réduisait l’écart à 9 points : 53-44. JP enfilait le bleu de chauffe et mystifiait Duport, avant de le stopper en beauté sur l’action suivante : 55-44. Reyshawn assénait un coup entre les oreilles des Strasbourgeois en scorant de loin : 58-44 ! Pire, JP confisquait le ballon et Pape allait chercher la faute. Vincent Collet demandait un temps mort, après quoi Pape entrait tranquillement ses deux jets : 60-44. Murphy, transparent, essayait de monter au cercle et se faisait cueillir par le contre arrière de DaShaun. Un rebond favorable portait le cuir jusqu’à Ajinça, au poste, qui marquait son second panier de la partie : 60-46. Ni DaShaun, ni Ajinça ne menaient à bien leurs derniers essais.
Au prix d’une débauche d’énergie considérable, la SIG était, par deux fois, parvenue à recoller à moins de 10 points, mais, par deux fois, les coups de griffes de DaShaun et de Pape et la défense judicieuse de JP l’avaient renvoyée dans les cordes ! Le MSB paraissait maître de son sujet…

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Toute la puissance de Charles !

Un panier avec le bonus de Diot redonnait un peu d’oxygène aux Alsaciens : 60-49. Kévin ratait un bon tir, depuis le coin de la raquette. Toupane sortait alors de l’ombre : 60-51. Antoine, à mi-distance, marquait avec beaucoup de sang-froid : 62-51. Si Murphy n’arrivait à rien, la balle revenait vers Greer qui retrouvait brusquement ses sensations pour donner des sueurs froides au public : 62-54. Heureusement, Antoine trouvait l’aplomb pour délivrer la passe idéale à Charles qui requinquait spectateurs et coéquipiers : 65-54 ! Le fantôme qui habitait le corps de Murphy le libérait subitement et la riposte se faisait cinglante : 65-57… Le match n’était plus à sens unique ! Antoine tentait des choses difficiles. Murphy, menaçant, remontait le ballon et s’empêtrait dans ses dribbles ! JD saisissait l’occasion et prenait un temps mort, mais, sur la remise en jeu, Vaughn se faisait déposséder de la balle et Diot allait au panier : 65-59. Mécontent, Vaughn ne tardait pas à se racheter, avec un panier primé du meilleur effet : 68-59. Un contre de Dounia, jugé irrégulier, valait deux lancers à Diot : 68-61. DaShaun se risquait pour tenter de tuer le match, mais manquait son tir. Fébriles, les Strasbourgeois perdaient l’initiative. Vaughn, à son tour, manquait l’estocade. Dounia s’emparait bien du rebond, mais le MSB, une fois de plus, laissait échapper le ballon. Par chance, Campbell ne retrouvait pas son adresse et Charles provoquait une faute, avant de transformer ses lancers : 70-61. À 4’39” du terme, Vincent Collet rappelait ses troupes. Le jeu reprenait doucement, mais Vaughn jaillissait pour couper la ligne de passe et s’élevait dans les airs pour écraser un dunk magnifique : 72-61. Antarès respirait et hurlait sa joie. Leloup en échec, Ajinça à 4 fautes, les affaires de la SIG sentaient le sapin des Vosges, mais le MSB parvenait au bout de ses 24 secondes sans parvenir à s’ouvrir le chemin du cercle. JD, furieux, pestait après la table de marque parce qu’on lui avait refusé un changement. Leloup en échec, Diot bloquait à nouveau DaShaun de façon très litigieuse et s’attirait les foudres de son ancien public. Secoué, DaShaun manquait le tir suivant, mais Greer ne faisait pas mieux et Charles capturait le rebond avec autorité. Reyshawn ratait à son tour, tandis que Diot ne baissait pas les bras : 72-63. À 2’33”, Charles envoyait un paquet cadeau à son ami JP : 74-63. Greer (+ 2), puis Leloup (+ 3), suite à une nouvelle perte de balle, laminaient l’avance mancelle : 74-68. À 1’44” du buzzer, le mot “hold-up” était sur toutes les lèvres et JD posait un dernier temps mort. Reyshawn, en déséquilibre, légèrement en retrait par rapport au cercle, entrait un incroyable step back pour libérer la foule : 76-68. Diot prenait un mauvais tir et manquait sa cible, tandis que Vaughn bondissait comme un kangourou pour aller chercher le panier ET la faute : 79-68 ! L’affaire était dans le sac, d’autant que les Strasbourgeois perdaient un énième ballon. Reyshawn et Diot donnaient des signes de fatigue, mais pas DaShaun, qui slalomait jusqu’au panneau : 81-68. Si Campbell manquait encore un tir lointain, DaShaun, en transition, lui donnait la leçon et soignait ses statistiques : 84-68. Le dernier effort de Leloup s’avérait vain !

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
DaShaun : l'arme fatale du MSB !

Au terme d’un match plein de toute l’équipe, le MSB, plus adroit (56,76 aux tirs avec 12/27 à 3 pts) plus combatif, l’emporte largement sur la SIG. Cinq joueurs présentent une évaluation à deux chiffres : Charles, MVP de la soirée (14 pts, 7 rbds, 4 pds pour 19 d’égal), présent dans tous les compartiments du jeu, DaShaun (18 pts, 4 rbds, 3 pds pour 16 d’égal), égal à lui-même, Pape (15 pts, 1 rbd, pour 16 d’égal), qui produit sa meilleure prestation de la saison, Vaughn (14 pts, 3 rbds, 3 pds pour 16 d’égal), qui gagne en efficacité, et Rayshawn (7 pts, 6 rbds, 1 pd pour 11 d’égal), aussi précieux en défense qu'en attaque. Antoine a été parfait dans son rôle de back-up (8 pts, 4 pds pour 9 d’éval) et JP intraitable face aux tours adverses (6 pts, 5 rbds, 1 pd pour 7 d’éval). La défense de Dounia et la dissuasion d’Alain ne doivent pas être négligées. Quant à Kévin, il confirme ses progrès, malgré un temps de jeu limité. La folle semaine a bien commencé : mercredi, les Tangos enchaînent avec le Cibona Zagreb dans le cadre de l’Eurocoupe et, dès samedi, le derby de l’ouest contre Cholet, à la Meilleraie. Allez Le Mans !

[Merci à David Piolé pour ses magnifiques photos !]

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
The Dunk

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MSB-SIG (saison 2013-2014)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Clermont Foot : saison 2013-2014
» saison PRO D2 2013/2014
» Reprise et Calendrier saison 2013 2014
» EFFECTIF 2013/2014
» [US ALBI] saison 2012-2013

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des supporters du MSB :: LES EXCLUSIVITES DU FORUM :: Les articles sur les rencontres :: Archives :: Saison 2013-2014-
Sauter vers: