AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Compte-rendu du mach contre le Paris-Levallois...

Aller en bas 
AuteurMessage
The Dunk
Journaliste du Forum
The Dunk


Compte-rendu du mach contre le Paris-Levallois... Empty
MessageSujet: Compte-rendu du mach contre le Paris-Levallois...   Compte-rendu du mach contre le Paris-Levallois... Icon_minitimeMer 28 Déc 2011 - 18:19

AVALER LEVALLOIS ?
 


santa Compte-rendu du mach contre le Paris-Levallois... 26384 rendeer

Après son déplacement victorieux au Rhénus, le MSB s’attaquait, en ce mardi soir d’entre-deux fêtes de fin d’année, à un gros morceau : rien moins que son rival direct pour le Top 4, le Paris-Levallois. Emmenée par Chatfield, son serial-scorer, bien secondé par Hamilton, solide dans la peinture, et par Williams, dans le rôle du joker, l’équipe parisienne restait sur une belle série de matches gagnés et s’était acquise une réputation redoutable pour sa façon de terminer en trombe dans le money time. Pour les hommes de JD, il s’agissait non seulement de valider la participation à la semaine des As, mais surtout de ne pas interrompre la dynamique positive mise en place...

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Alex : impliqué et appliqué...

Les Tangos s’emparaient du ballon : JP, puis Marcellus et Alex faisaient circuler la balle qui revenait à Marcellus dont le tir manquait la mire. C’était donc Hamilton qui ouvrait le score : 0-2. JP, fébrile, perdait la balle, mais Williams n’étant pas parvenu à en tirer avantage, Alex, bien démarqué derrière la ligne magique, se voyait offrir un joli présent par Marcellus : 3-2. JP ayant commis une faute, Hamilton entrait ses deux jets et, comme Taylor, pour sa première incursion dans la raquette, ne parvenait pas à ses fins, Chatfield en profitait, et avec le bonus s’il vous plaît : 3-7. Un nouvel échec de Taylor, et Antarès désapointé regardait Williams accroître l’écart : 3-9. Alex et Chatfield ayant tiré à blanc, le capitaine manceau trouvait enfin le chemin du panier : 5-9. Hamilton profitait d’une faute d’Alex, mais laissait un lancer en route : 5-10. Travon relayait JP et Marcellus saluait son arrivée d’une salve primée : 8-10. Meacham relançait son équipe sur un panier contré, mais accordé par les arbitres : 8-12. Taylor retrouvait alors ses mains en or et entrait un petit lay up, avec la faute : 11-12. Williams, Travon, puis Hamilton se heurtaient tour à tour aux défenses resserrées des deux équipes. Pourtant, le père Taylor qui avait encore des cadeaux pleins sa hotte servait Charles : à 13-12, le MSB prenait enfin l’avantage ! Un tir mal ajusté de Masingue, un airball de Travon, et Noël endossait l’habit du père Fouettard pour replacer le PL en tête : 13-14. Sur ces entrefaites, Travon ayant perdu la balle, Hamilton, en contre, enfonçait le clou : 13-16. Charles manquait sa tentative à 3 points et l’inquiétude commençait à poindre, mais Oniangue se faisait, au meilleur moment, siffler un porter de balle. Si, aux lancers, Travon se contentait de 50%, le rebond offensif de Charles permettait à Taylor d’allumer la mèche : 17-16 ! Cernés par la défense pugnace de leurs hôtes du jour, les Parisiens laissaient échapper la balle. Charles étant à la peine au tir, Marcellus s’emparait du rebond et Max, à 1/2, se retrouvait aux lancers : 18-16. Sur la remise en jeu, le pressing du MSB s’avérait gagnant : sur une mésentente avec ses partenaires, Masingue expédiait directement le cuir en touche et Marcellus ne se faisait pas prier : 20-16. “L’ostéopathe” en délicatesse avec son shoot, Taylor envoyait caviar et foie gras vers Travon qui ne demandait pas mieux : 22-16 et 9-2 série en cours ! Morandais tentait d’éviter l’indigestion (+2), sans y parvenir puisque Taylor continuait de gaver Travon : 24-18. Meacham sortait alors de l’ombre et fêtait cela sur un panier garni : 24-21. Le shoot de Taylor dans la dernière seconde n’ayant pas atteint son but, le score en restait là.
Peut-être un peu tendus, les Manceaux, pénalisés par une pluie de fautes, avaient d’abord manqué de réussite, avant de réagir de belle manière, sous la houlette de Taylor.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
L'impact de Marcellus !

Dès le début de la période suivante, Hamilton (+2) montrait les crocs. Le PL recollait à un point : 24-23. Alex, jusque-là très concentré sur ses tâches défensives, se rappelait au bon souvenir du public sur un trois points tendu de toute beauté : 27-23. Marcellus interceptait la remontée du ballon et servait Alex, moins heureux que sur l’action précédente. Le rebond, pourtant, se révélait favorable et Taylor n’oubliait pas le Noël de son ami JP : 29-23. Hamilton faisait parler sa puissance et son envergure et, JP ayant commis une faute, Williams défonçait son vis-à-vis à coup d’épaule sans susciter de coup de sifflet : 0-4, série en cours, le PL ne lâchait rien ! Heureusement, Travon remettait les boules dans le sapin : 31-27. Les Parisiens ayant manqué une passe, Max, en bonne position, échouait à trois points, mais Chatfield ne faisait pas mieux sur l’action suivante. Alex rendait la balle et, frustré, commettait une faute. JD entrait ses minots et Chatfield leur souhaitait aussitôt la bienvenue : 31-30. Henri, mal embarqué, l’artilleur du PL tentait en vain de doubler la mise. Travon ratait lui aussi son tir, mais, suite à une faute opportune de Williams, Nobel faisait admirer son adresse derrière l’arc : 34-30. Les Parisiens cafouillaient et rendaient la possession. Nobel, gêné, manquait l’arceau, mais récupérait la balle, qu’il transmettait à Travon : à deux contre trois, la lutte était âpre sous le panneau, mais l’Américain en sortait vainqueur et obtenait le lancer supplémentaire en prime : 37-30. Taylor interceptait une passe de Chatfield, mais se faisait confisquer la sienne par Hamilton : 37-32 ! Travon, en bonne position, répliquait par un dunk spectaculaire : 39-32. Le pigiste manceau se mettait ensuite en évidence en opposant son corps à la contre-attaque du PL. Nobel ayant manqué son tir et Da Silva commis une faute d’attaque, Taylor repartait en tournée : 41-32. Bousculé par Nobel, Chatfield entrait ses lancers : 41-34. Charles tenait une sorte de reverse, un peu compliqué et restait un moment au sol, tandis que Marcellus s’occupait de contrer Hamilton. Chatfield et Marcellus rivalisaient ensuite de maladresse, mais les Manceaux, très présents au rebond, prenait leur seconde chance et Nobel, victime d’une faute, entrait ses lancers : 43-34. Insensiblement, le MSB reprenait ses aises... Kevin pénétrait sur le terrain pour quelques secondes, le temps pour Williams de gâcher une occasion et pour Taylor d’éviter, avec l’aide de la planche, les tentatives de Masingue et de Hamilton pour le contrer : 45-34.
Dans un quart temps assez décousu où Nobel et Travon avaient su se mettre en évidence, les Manceaux, rigoureux en défense, avaient maintenu et même accru leur avance.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Travon en mode double-double !

Alex, très sobre, ce soir, donnait le la de la seconde mi-temps : 47-34. Une faute d’attaque de Noël, peu inspiré après les festivités du réveillon, et un échec de Taylor plus tard, Williams, en embuscade le long de la ligne de fond, rappelait à tous quel shooteur il était : 47-37. Charles, puis Chatfield ayant, sans succès, tenté de l’imiter, Marcellus, toujours précieux dans le jeu, poursuivait son travail de sape : 49-37. Si Hamilton était à la peine, Taylor, lui, manquait sa tentative lointaine, captait son propre rebond, relançait la balle et obtenait deux lancers avec la troisième faute de Noël : 51-37 ! L'addition commençait à être salée... Hamilton, JP, puis Chatfield échangeaient des politesses : 53-41. Sur un échec de Charles, néanmoins, Taylor endossait de nouveau son habit de Père Noël pour redonner sa chance à son petit camarade, replacé derrière la ligne : 56-41. Antarès, pleine à craquer (6023 spectateurs !), exultait. Si Williams traînait sa misère, JP se faisait contrer et Oniangue répliquait à Charles : 56-44. JP ressortait alors le ballon pour l’international français qui récidivait sous les vivats : 59-44. Meacham, à son tour, envoyait une fusée : 59-47. Le match devenait fou, fou, fou... Alex trouvait JP dans la peinture (+2) et Meacham confirmait son regain de forme (+2). En acrobate, Charles claquait un ballon capricieux de Marcellus qui était encore là pour intercepter et servir Alex : 65-49. Grillant ses dernières cartouches, Chatfield scorait à trois points, mais Taylor tempérait ses ardeurs en allant chercher le panier et la faute : 68-52. Si Oniangue se battait (+2), les Manceaux avaient clairement l’ascendant. Alex en échec, Travon prenait le rebond, montait au cercle et obtenait même le bonus : 71-54. Sans doute les organismes commençaient-ils à être éprouvés : Da Silva se dribblait dans les pieds et Marcellus marchait ! Masingue (+2) n’abandonnait pas la lutte pour autant, mais Marcellus, à trois points, retournait le fer dans la plaie : 74-56 ! Emmené au bout de la possession, le PL semblait totalement dépassé. Masingue concédait deux lancers à Marcellus qui en laissait un en route : 75-56. La barre des 20 points était toute proche et JD rappelait Taylor sur le banc. Le MSB jouait en mode “biberon”, avec Kevin, avec ses titulaires au repos. Gêné par Alex, intraitable, Chatfield obtenait réparation, à 2/2 : 75-58. Il ne restait plus que deux secondes, quand, du milieu de son propre camp et légèrement excentré sur la gauche (côté tribune K...), Henri, coudes au corps, projetait le ballon contre la planche et, au buzzer, signait un véritable exploit : 78-58 ! La barre des 20 points était atteinte et le jeune Manceau, congratulé par ses camarades, venait d’entrer l’un des plus beaux paniers de l’année !
Adroits derrière l’arc, infatigables en défense, les Manceaux étaient maîtres chez eux. Le PL, toutefois, était renommé pour son finish...

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Pour Noël, Nobel avait des cadeaux plein ses chaussettes...

Chatfield, comme un symbole, échouait dans sa première tentative, à l'inverse de Travon qui se jouait de Hamilton : 80-58. Le pivot du PL prenait sa revanche et obtenait la faute, mais ne réussissait qu’un seul de ses jets : 80-59. Malgré une grosse faute sur Travon, au rebond, le PL récupérait la balle qui, pour protester contre la décision du corps arbitral, venait se coincer contre l’arceau. Charles en échec, Marcellus à la faute, Hamilton entrait cette fois ses deux tirs : 80-61. Peu désireux d’assister à une possible remontée parisienne, JD renvoyait Taylor et JP, puis Alex, au charbon. Un peu malheureux, ce soir, JP s’embrouillait dans ses pas, tout comme Hamilton sur l’action à suivre. Plus véloce que les rennes du Père Noël, Taylor se faufilait jusqu’au cercle et déposait un petit flotteur dans le cercle : 82-61. Le PL prenait un temps mort. Mutuale, pourtant, laissait un lancer en chemin, tandis que Marcellus poursuivait son œuvre : 84-62. À 2/2, Oniangue se montrait adroit sur la ligne, avant de marcher, suite à un tir manqué de Charles. Le MSB ne relâchait pas son étreinte, à l’instar de Marcellus, légèrement en retrait le long de la ligne, qui entrait un shoot difficile : 86-64. Écœuré, Chatfield envoyait une grosse bûche glacée mourir dans la peinture. Finalement humain, Taylor manquait un tir, mais comme Williams se faisait siffler un marcher, le meneur manceau ne se faisait pas prier et saisissait sa seconde chance : 88-64. Williams en prenait de la graine : 88-66. Auteur d’un excellent match, Travon s’autorisait un contre au détriment d’Oniangue et Marcellus pimentait l’affaire : 90-66. Soucieux de sauver l’honneur, Williams retrouvait le chemin du panier (+2), mais Travon récupérait le ballon, après un échec d’Alex et Taylor, en slalomeur, montait au cercle : 92-68. Si Masingue (+2) faisait son job, Taylor faisait le show et passait les petits fours à Alex (+3) qui offrait le champagne : 95-70 ! Oniangue se mettait en évidence (+2), tandis qu’Alex faisait circuler les liqueurs, délivrant une passe superbe à Travon qui dunkait : 97-72. Le public, debout, ovationnait la sortie de Mister T, encore étincelant en cette soirée, avant d’entonner en chœur “Et ils sont où… Et ils sont où… Et ils sont où les Parisiens ?” À 2/2 aux lancers, Mutuale réduisait un peu la marque. Max s’oubliait dans la raquette, mais le PL n’y était plus et Nobel, avant son départ, se faisait plaisir en montant au dunk : 99-74. Le dernier panier de Masingue et l’échec final de Nobel passaient presque inaperçus : à 99-76, le MSB tenait sa victoire, et avec la manière !

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Call him Mr T...

Si la présentation des deux équipes avait été marquée par la présence de deux pères Noël, un vert pour le PL, un rouge pour le MSB, le match n'avait pas été aussi équilibré et le jeu des couleurs avait presque pris une dimension symbolique ! Après un petit round de préparation, les Manceaux avaient en effet livré une prestation de haute volée : irréprochables en défense, adroits et pugnaces en attaque, toujours solidaires derrière leur MVP habituel, Mr T, ils avaient dominé leur adversaire de la tête et des épaules pour offrir, en guise d’étrennes, un belle victoire à leurs supporters venus en force les acclamer ! Marcellus (17 pts, 3 rbds, 2 pds pour 19 d’éval), Charles (10 pts, 7 rbds, 1 pd, 10 d’éval), Alex (13 pts, 3 rbds, 4 pds, 16 d’éval), Travon (double-double 17 pts, 10 rbds, 3 pds pour 23 d’éval) et, bien sûr, Taylor (double-double 21 pts, 5 rbds, 5 ftes prov., 10 pds pour 26 d’éval) auront su se mettre tout particulièrement en valeur. JP (10 pts, 9 d'éval), pénalisé par les fautes et Nobel (7 pts, 3 rbds, 4 pds, 9 d'éval), pour sa dernière apparition sous le maillot tango, n’auront pas plus démérité que Max, très impliqué (1 pt, mais 4 rbds) ou Henri, auteur d’un incroyable buzzer-beater. Avec le retour d’Alain et d’Antoine, tous les compteurs sont... au vert et il convient de saluer le travail accompli par JD et l’ensemble de son staff !

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
JD : une équipe digne de lui...



_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
The Dunk

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sneaker
Joueur espoir
sneaker


Compte-rendu du mach contre le Paris-Levallois... Empty
MessageSujet: Re: Compte-rendu du mach contre le Paris-Levallois...   Compte-rendu du mach contre le Paris-Levallois... Icon_minitimeMer 28 Déc 2011 - 23:00

merci pour ce tres beau resumé cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Compte-rendu du mach contre le Paris-Levallois...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» compte rendu test VO2 max
» Game 16 : OLB vs PARIS LEVALLOIS
» Compte-rendu marathon et semi-marathon d'Annecy
» Compte-rendu d'un entretien avec Roger Garcia
» compte rendu saintélyon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des supporters du MSB :: LES EXCLUSIVITES DU FORUM :: Les articles sur les rencontres :: Archives :: Saison 2011-2012-
Sauter vers: